Comprendre
histoire aides auditives
L'histoire des aides auditives

L’histoire des aides auditives

Depuis toujours, l’homme a tenté de résoudre ses problèmes d’audition. Grâce à l’invention de plusieurs appareils, la vie quotidienne des personnes souffrant de surdité n’a cessé de s’améliorer.

Les origines : les premiers objets d’aide auditive
Bien avant la création d’un objet spécifique, l’homme avait pour habitude de porter sa main derrière l’oreille de manière à former un cornet pour augmenter son acuité auditive.
Dans l’Antiquité, les Grecs utilisent sans doute la coquille de mer comme appareil auditif. Au Moyen-Age, les cornes d’animaux sont à la fois des porte-voix et des cornets d’écoute pour les sourds.
XVIIIème siècle : le cornet acoustique
En 1757, le premier cornet acoustique voit le jour en Europe. En 1800, le manufacturier F.C. Rein débute la commercialisation de l’objet à Londres. À l’origine, cet appareil volumineux ne permet qu’une amplification de 15 dB. Déjà à cette époque, on cherche à le dissimuler dans les cannes ou les éventails. Les cornets, ancêtres des sonotones, ont été largement utilisés jusqu’au début du XXème siècle.
Vers la fin du XIXème siècle, le dentaphone ou ostéophone est souvent préféré au cornet acoustique. Cet embryon de l’audioprothèse est composé d’une membrane fixée au bout d’une tige dont l’autre extrémité est tenue entre les dents. Les sons étaient ainsi transmis à l’oreille interne par conduction osseuse. On pense que ce procédé était déjà connu des Grecs 200 ans avant J.-C.. Dans un autre genre, le fauteuil auditif, élaboré en 1841, est muni de deux  »oreilles » sur chaque accoudoir qui captent les sons et de deux tubes d’air comprimé qui amplifient les sons. Ce système d’aide auditive n’a pas connu de grand développement. À l’époque, certains dentaphones et fauteuils auditifs sont souvent considérés comme des pièces d’orfèvrerie.
Début du XXème siècle : l’appareil auditif au carbone :
Hutchison trouve le principe d’amplification électrique lui permettant de fabriquer la première prothèse électrique au carbone. La légende raconte qu’il aurait également inventé le klaxon de voiture pour rendre les gens sourds et ainsi vendre davantage d’appareils. Cette aide auditive révolutionnaire permet d’améliorer l’écoute de 10 à 15 dB à ses débuts. Par la suite, l’appareil auditif au carbone amplifie le son jusqu’à 40 dB grâce à un booster. Cependant, les bruits de fonds sont élevés et la qualité du rendu sonore est médiocre.
1920 : la prothèse auditive à lampe
Même si la prothèse auditive à lampe, n’amplifie le son que d’environ 25dB, elle offre une meilleure qualité de reproduction que l’appareil auditif au carbone.
Il faut attendre les années 40 avant que l’aide auditive à lampe concurrence vraiment celle de carbone. En 1944, il y avait encore environ 50 000 appareils au carbone aux USA car ils étaient plus discrets à porter. L’arrivée des prothèses auditives à transistor fera disparaître le modèle à lampe en 1952.
1929 : le premier sonotone
Les années 30 marquent quant à elles l’arrivée du fameux sonotone, créé par l’entreprise du même nom. Les premiers sonotones se branchent sur de grosses batteries et fonctionnent à l’aide d’une lampe radio. Basée à New York, la société Sonotone est l’acteur majeur de la conception, du développement et de la commercialisation des aides auditives tout au long du XXème siècle, et ce jusqu’à sa fermeture définitive en 2005.
Milieu du XXème siècle : De la prothèse auditive à transistor aux aides intra-auriculaires
En 1947, les laboratoires Bell Téléphone mettent au point la prothèse auditive à transistor. Il s’agit d’un petit composant électronique permettant de moduler et d’amplifier un signal électrique.
L’un des principaux avantages de ce système est sa portabilité : beaucoup plus petit que le modèle à lampe, il permet à l’appareil auditif de se placer directement à l’oreille. De plus, il est moins demandeur en énergie que son prédécesseur, donc plus économique. La première aide auditive de ce type arrive sur le marché en 1952.
En 1955, les lunettes auditives apparaissent aux États-Unis et deviennent rapidement populaires. L’appareil est directement intégré à la monture des lunettes.
Enfin, en 1975, les premières aides intra-auriculaires, placées directement à l’intérieur de l’oreille, font leur apparition.
Fin des années 1980 : la prothèse auditive analogique programmable
La prothèse auditive analogique programmable permet de mieux gérer le son. Elle offre la possibilité de régler l’intensité des fréquences (plutôt dans les basses ou dans les aiguës) et d’ajuster le volume global. Elle adoucit automatiquement les bruits forts et amplifie les sons faibles.
1996 : la première prothèse auditive tout numérique
Senso de la marque Widex est le premier appareil auditif entièrement numérique à être commercialisé. Contrairement au système analogique qui traduit le son en signaux électriques, le numérique le convertit en nombres. Ces appareils sont capables d’effectuer des millions de calculs à la seconde, analysant en temps réel l’environnement et adaptant ainsi le son selon une multitude d’éléments extérieurs.
Leur utilisation est également plus simple. Plus besoin d’ajuster l’appareil auditif à l’aide d’un tournevis, comme c’était le cas avec l’analogique ; la programmation de l’aide est désormais traitée par l’informatique. L’audioprothèse numérique est en fait un micro-ordinateur porté sur ou dans l’oreille.
Les années 2000 : des prothèses auditives connectées
Aujourd’hui, toutes les audioprothèses utilisent la technologie numérique, qu’il s’agisse d’un contour d’oreille, d’un intra-auriculaire ou encore d’un open-fit. Dotées d’un microprocesseur, elles analysent les sons plusieurs milliers de fois par seconde, permettant un ajustement automatique du bruit.
Les connexions sans-fil, comme le Bluetooth et la Wifi, offrent une multitude de possibilités simplifiant la vie des utilisateurs et se retrouvent aujourd’hui dans la plupart des prothèses auditives. On peut rapidement modifier les paramètres de l’appareil à l’aide d’une petite télécommande ou même grâce à une application installée sur son smartphone.
Les avancées technologiques ont permis aux aides auditives de devenir de plus en plus performantes, discrètes et faciles d’utilisation. Avec l’accélération des innovations de ces dernières années, nul doute que les appareils auditifs continueront à s’améliorer afin d’apporter toujours plus de confort à l’utilisateur.