Comprendre
audioprothésiste prix
Les aides et prises en charge

Les aides et autres prises en charge

Les diverses aides financières

  • En cas de perte moyenne supérieure à 50 dB sur la meilleure oreille, la reconnaissance de travailleur handicapé par soumission d’un dossier auprès de la Maison départementale des personnes handicapées peut permettre d’obtenir, en plus du remboursement des audioprothèses par la caisse d’assurance maladie et de la mutuelle, une subvention par l’Association de Gestion du Fond pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH).
    L’AGEFIPH cofinance l’achat de prothèse auditive en tenant compte des remboursements prévus par la caisse d’assurance maladie et la mutuelle, à la hauteur maximale de 50% du coût total depuis 2008 (au lieu de 150 € auparavant), dans la limite d’un plafond par oreille appareillée.
  • Pour les salariés de la fonction publique ou assimilés, il existe la possibilité d’obtenir éventuellement une aide financière complémentaire auprès des missions Handicap Travail de l’administration employeur.
  • Une déduction fiscale peut être obtenue pour les personnes exerçant une activité professionnelle ; une partie des frais (définie par la loi de finances chaque année) restant définitivement à la charge du contribuable après remboursement des appareils auditifs par la Sécurité sociale et la mutuelle ou un organisme de prévoyance. La déductibilité est liée à la production d’un certificat médical mentionnant que le port de l’appareillage auditif est professionnellement indispensable.

Les cas particuliers des personnes retraitées et des enfants

Les personnes retraitées ne bénéficiant pas de la CMU peuvent solliciter une allocation supplémentaire en complément du remboursement de la caisse d’assurance maladie en s’adressant au service d’action sociale de leur mairie.

Les aides complémentaires sur le prix de l’appareillage auditif d’un enfant peuvent être obtenues auprès de l’assistante sociale de la Sécurité sociale (prestation extralégale), de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) (demande de l’allocation d’éducation d’un enfant handicapé) ou auprès de la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale (DDASS) sur des fonds de secours.

La prise en charge des systèmes d’aide à la communication

Les autres aides financièresLes systèmes d’aide à la communication, comme des microphones hautes fréquences, ne bénéficient d’aucune prise en charge pour la caisse d’assurance maladie, même sur prescription médicale.

Pour les enfants suivis dans des établissements spécialisés, une aide de financement peut être accordée par la MDPH. Pour les enfants non suivis dans des établissements spécialisés, l’Inspection académique prend en charge l’achat de ce système grâce aux crédits Action pédagogique et handicapés.

Pour les adultes, dans le cas où un système d’aide à la communication est indispensable dans le cadre du travail, la reconnaissance de travailleur handicapé auprès de la MDPH permet aux patients d’effectuer une demande de prise en charge à l’AGEFIPH. Certains comités d’entreprise assurent les frais.