Le Mag

18/08/2014

Former de nouveaux audioprothésistes, une nécessité

Le métier d’audioprothésiste a de l’avenir

Les besoins en aides auditives devraient augmenter à partir de 2018. La génération d’après guerre atteindra, en effet, l’âge moyen
d’appareillage : 72 ans.

Le nombre d’audioprothésistes augmente régulièrement. Ils étaient 2 768 en France au 1er janvier 2013 contre 2 625 un an plus tôt, soit une croissance de 5,4 %.

En moyenne, l’effectif de la profession s’accroît de 150 nouveaux acteurs par an depuis dix ans. Cette tendance devrait se poursuivre pour répondre aux besoins de la génération d’après-guerre, qui atteindra l’âge moyen d’appareillage en aides auditives de 72 ans entre 2018 et 2022.

« Actuellement, un audioprothésiste, qui prend le temps de bien faire son travail d’information, d’appareillage et de suivi, vend ou renouvelle environ 180 appareils par an, précise Stéphane Gallégo, directeur des études de l’école d’audioprothèse de Lyon et audioprothésiste chez Audition Conseil.

Le_mtier_daudioprothsiste_a_de_lavenir
LIRE LA SUITE

Cela représente un suivi de plus de 600 patients que l’on voit cinq fois par an en moyenne, soit une douzaine de rendez-vous par jour.A cela s’ajoutent les essais techniques et les tâches administratives liées à l’appareillage.

Pour faire face à la forte demande des personnes nées entre 1946 et 1950, avec la même qualité de service, il faudra former davantage d’audioprothésistes dans les années à venir. Une nouvelle école va ouvrir cette année à Cahors et une autre est prévue à Bordeaux. ». Cinq écoles forment déjà au métier d’audioprothésiste à Paris, Rennes, Lyon, Montpellier et Nancy.