Le Mag

23/04/2021

Un traitement génique mis au point à Tel-Aviv contre la surdité héréditaire

Un enfant sur 200 naît avec une déficience auditive et un sur 1 000 est sourd dès la naissance. Grâce aux recherches génétiques et à l’avancée de la médecine, nous savons désormais que plus de 120 gènes peuvent être responsables de surdité héréditaire. C’est en partant de ce postulat que la Professeure Karen Ayraham, du département de génétique moléculaire humaine et de biochimie de la faculté de médecine Sackler, de l’université de Tel-Aviv, a basé son étude scientifique.

En tant que Présidente du conseil scientifique de la fondation pour l’audition, Karen Ayraham a constitué une équipe de chercheurs internationaux et a réalisé des expériences sur des souris, dont le système auditif et les malformations génétiques se rapprochent des nôtres. Ils ont identifié une mutation du gène SYNE4, qui cause une dégénérescence chez les rongeurs, et mis au point une version « normale » de celui-ci qu’ils ont injecté dans l’oreille interne de nouveau-nés atteints de ce handicap génétique. Ils ont ensuite observé durant plusieurs semaines la croissance et le comportement des bébés souris et ont remarqué une sensibilité auditive normale, équivalente à celle des souris qui n’étaient pas porteuses de ce gène défectueux.

Cette étude publiée en début d’année fait écho à une plus ancienne réalisée par des chercheurs de l’université d’Iowa en 2009 qui avait fait le rapprochement entre un gène muté des souris et la surdité héréditaire. Cette nouvelle perspective est le début d’un traitement génique qui pourra probablement, à long terme, soigner de très nombreux nouveau-nés atteints de cette pathologie.

Découverte d'un traitement génique contre la surdité héréditaire à Tel-Aviv