menu fermer

Le Mag

Il est rentable d’agir

L’OMS prône la prévention, le diagnostic précoce à la naissance, à l’école et chez les plus de 50 ans, la réadaptation et l’accompagnement pour l’utilisation continue des aides auditives. Où en est la France sur tous ces points ?

Il est rentable d'agir tôt en matière d'appareillage

La prévention des troubles auditifs est portée par de nombreux acteurs, à commencer par les pouvoirs publics. La protection contre les nuisances sonores est encadrée par plusieurs textes, dont la loi de modernisation de notre système de santé de 2016, qui renforce la prévention dans les lieux diffusant de la musique amplifiée (lire page 5). Le Centre national d’information sur le bruit lutte contre les nuisances sonores sur tous les fronts : domicile, travail, lieux publics…

Entre autres associations, la Journée nationale de l’Audition (JNA) milite depuis vingt ans pour la préservation de la santé auditive. Enfin, des professionnels, dont les audioprothésistes, font passer le message de la modération d’écoute, des bouchons d’oreille, du dépistage et de l’appareillage. Une campagne nationale d’information du ministère de la Santé serait toutefois bien utile pour que les Français prennent la mesure des risques encourus.

LIRE LA SUITE

Le dépistage des troubles auditifs est systématique à la naissance, puis dans le cadre des examens médicaux obligatoires chez les enfants entre deux et six ans. Il fait l’objet d’une surveillance médicale renforcée chez les salariés exposés au bruit. En revanche, aucun dépistage n’est prévu pour les jeunes de 16 à 25 ans, malgré leurs conduites à risques, ni pour les seniors, alors que la prévalence du déficit auditif croît avec l’âge. Or plus le dépistage est précoce, plus la récupération de l’audition est facile et rapide.

La réadaptation auditive et l’accompagnement des patients.

Sur six millions de malentendants, la moitié pourrait être appareillée. Seulement deux millions ont franchi la barrière du son : un million n’ont pas consulté pour leurs troubles ou n’utilisent pas leur ordonnance. Le prix des audioprothèses est souvent le frein évoqué, mais le déni de surdité n’est pas négligeable non plus. Plusieurs années s’écoulent ainsi entre le diagnostic de presbyacousie et la première acquisition d’aides auditives, qui se fait en moyenne à 72 ans. Commence alors un patient travail de réglage et d’accompagnement afin que le patient récupère progressivement tout ou partie de son audition. Plus la perte auditive est ancienne et sévère, plus la réhabilitation auditive est longue et difficile. L’audioprothésiste a l’obligation d’accueillir son patient aussi souvent et aussi longtemps que nécessaire pendant toute la durée de vie d’un appareil, soit quatre ans en moyenne. La France est un des pays d’Europe où l’observance (port réguliers des aides auditives) atteint l’un des niveaux les plus élevés. Le taux de satisfaction des personnes appareillées également : 84 % selon l’enquête EuroTrak France 2015.

Un suivi régulier permet de bien adapter les aides auditives par des réglages progressifs. Il contribue aussi à une meilleure observance car le patient se sent mieux pris en charge.