Le Mag

11/12/2019

La musique bonne pour la mémoire

Sa pratique régulière, même tardive, permet de lutter contre les effets du vieillissement cérébral.

Nous avons besoin de nos deux hémisphères cérébraux pour mémoriser la musique : le gauche, celui du langage, pour reconnaître l’oeuvre et les paroles des chansons, le droit pour la mélodie. Cette double mémorisation permet de continuer à percevoir et retenir un air même lorsque la mémoire des mots est défaillante. Ainsi des patients atteints de la maladie d’Alzheimer peuvent apprendre de nouvelles chansons et s’en souvenir. Ils ne peuvent se rappeler ni leur titre ni quand ils les ont apprises, mais ils peuvent les fredonner plusieurs mois après. L’équipe de recherche du professeur Hervé Platel 1, à Caen, a observé que des poèmes et des textes entendus pendant la même période et à la même fréquence étaient, en revanche, complètement oubliés.

Un quart d’heure d’écoute quotidienne suffit

En attendant de savoir ce qui se passe exactement au niveau du cerveau, la musique peut déjà être utilisée à des fins préventives. Sa pratique régulière, même tardive, permet en effet de lutter contre les effets du vieillissement cérébral. Une étude récente 2 sur des seniors a montré que la simple écoute de musique, douze minutes par jour pendant trois mois, avait les mêmes effets que la pratique de la méditation chantée (Kirtan Kriya) sur la même durée et au même rythme. Ces personnes se plaignaient de troubles de la mémoire sans être atteintes de maladies neurodégénératives. Au bout de trois mois, leur mémoire et leurs performances cognitives s’étaient nettement améliorées. Après un nouveau trimestre d’écoute musicale ou de méditation chantée, chacun à sa guise cette fois, ces résultats s’étaient maintenus ou renforcés.

La musique est reconnue pour faire travailler efficacement la mémoire

LIRE LA SUITE

Un bon complément à l’exercice physique

La musique s’avère aussi utile au quotidien que l’exercice physique pour maintenir le cerveau en bonne santé. La marche à pied, la natation, le vélo et autres activités, sportives ou non, sont en effet de bons stimulants.
Les adultes devraient pratiquer au moins l’une d’elles chaque jour une quinzaine de minutes, ou une heure quinze (intensité forte) à deux heures trente par semaine (intensité modérée), selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Pour les enfants et les adolescents, le minimum est d’une heure par jour. La musique, elle, fait déjà ses preuves à raison d’une dizaine de minutes d’écoute quotidienne.
Enfin, en cas de maladie neurodégénérative, comme celle d’Alzheimer, la musique est une source de bien-être. Elle aide aussi les patients ayant perdu la parole après un accident vasculaire cérébral à ressentir du plaisir et à récupérer leur fonctionnement cognitif.

1. Laboratoire de neuropsychologie de l’Université de Caen.
2. Meditation and Music Improve Memory and Cognitive Function in Adults with Subjective Cognitive Decline: A Pilot Randomized Controlled Trial. Journal of Alzheimer’s Disease – 2017.