Le Mag

05/11/2021

Hommes et femmes : tous égaux face aux troubles auditifs ?

Disons-le d’emblée : les études montrent que la réponse est non. Il semblerait en effet que pour un ensemble de raisons neurologiques, hormonales, mais aussi environnementales, les hommes seraient plus exposés aux troubles de l’audition que les femmes. Le savoir, c’est déjà faire un pas vers une meilleure prévention !

Entendre… Et écouter

Le système auditif des hommes et des femmes est constitué de façon similaire, leur cerveau aussi… Mais ils ne l’utilisent pas de la même façon qu’elles : chez les messieurs, seul l’hémisphère gauche (responsable de la parole et de la logique) est employé pour interpréter un message, tandis que chez les dames, tout le cerveau entre en action… D’où des différences d’analyse du signal sonore. On pourrait dire qu’ils entendent la même chose, mais n’écoutent pas de la même manière.
C’est pour cette raison également que les femmes auraient une plus grande capacité d’analyse et utiliseraient davantage leurs émotions, les hommes seraient plus directement dans l’action. Ce n’est pas seulement une légende ! Cependant, cela se travaille…

Hommes et femmes ne sont pas égaux devant les troubles auditifs

Une perte auditive différente

Le cerveau n’est pas le seul organe déterminant notre façon d’entendre.
Entre 30 et 50 ans, le corps des femmes connaît de nombreux bouleversements hormonaux… Et il semblerait que ces hormones protègent d’une certaine façon leur audition. Les hommes commenceraient ainsi à entendre moins bien dès 30 ans, les femmes seraient, elles, plus concernées à partir de la cinquantaine… Les risques auditifs seraient cependant égaux après 80 ans.
D’où l’importance d’une prévention et d’un dépistage précoce pour la gent masculine ! Là encore, la prévention peut faire changer les choses. En cas de doute, un autre élément est à prendre en compte : les pertes auditives affectent plus souvent les hautes fréquences chez les hommes, et les basses fréquences chez les femmes. La nature de la perte auditive n’est donc pas la même, les signes avant-coureurs non plus ! En effet, elles percevront mieux les voix, mais pas les voyelles, ils comprendront les sons plus proches, mais auront besoin de se concentrer pour entendre les sons lointains et les consonnes.

Une question d’environnement ? Pas seulement…

D’autres facteurs sont liés à notre société, mais aussi à des habitudes et des comportements différents ! C’est sans doute sur eux qu’il est le plus facile d’agir.
Dès leur plus jeune âge, les garçons seraient ainsi plus exposés au bruit que les filles, par des jeux vidéo et des jouets produisant des sons élevés. Ils seraient ensuite plus nombreux, à l’âge adulte, à travailler dans des usines et des chantiers, parfois sans protection. Les hommes seraient aussi plus touchés que les femmes par le diabète, les problèmes cardiaques et l’hypertension.
Enfin, les hommes mettraient plus longtemps que les femmes à accepter leurs troubles et à se faire appareiller, les femmes cherchant auprès de leurs proches une solution plus rapidement.

Ces différences existent, mais… La société évolue, la répartition des rôles et des professions aussi ! Et grâce à l’éducation, à l’information sur les risques professionnels, mais également sur l’importance d’une bonne hygiène de vie pour éviter l’apparition d’une perte auditive, chez les hommes comme chez les femmes, cet écart tend à s’effacer.
Et pour tous, la meilleure réaction lorsque l’on perd l’audition, c’est de ne pas s’isoler et de consulter un audioprothésiste rapidement, par exemple pour un bilan gratuit chez Audition Conseil !