Le Mag

12/08/2020

Conseiller c’est surtout écouter

De quelle manière un audioprothésiste conseille-t-il ses patients ? Outre son expertise technique, quelle est sa pratique pour satisfaire chacun au mieux ? Six audioprothésistes AUDITION CONSEIL témoignent de leur savoir-faire.

Dès le premier contact

Le bon conseil repose sur un échange d’informations. En majorité, les patients vont pour la première fois chez l’audioprothésiste après examen et sur ordonnance d’un médecin ORL. Ils ne savent généralement que peu de choses sur le fonctionnement du système auditif et l’appareillage dont ils ont besoin.

Les audioprothesistes AUDITION CONSEIL sont à votre ecoute

« Lorsqu’ils viennent dans nos centres avant d’aller chez l’ORL, c’est souvent parce qu’ils ressentent le besoin de vérifier leur audition et de se renseigner sur les différents types d’audioprothèses, observe Romain Decolin à Nancy. Nous faisons un dépistage gratuit. En cas d’anomalies, nous expliquons ce que nous constatons, et nous conseillons de prendre rendez-vous chez un ORL. »

« À la première visite, le patient a besoin d’être rassuré, souligne Emmanuelle Martin, audioprothésiste à la Martinique et en Guadeloupe. Mon premier travail consiste à faire le point avec lui sur sa perte auditive et l’intérêt de s’appareiller. Il faut bien comprendre le bénéfice des aides auditives pour avoir envie de les essayer, surtout quand on se sent obligé de suivre l’avis de son médecin ou de sa famille. »

Audioprothésiste à Perpignan, Jérémy Bricaud confirme : « Si l’on appareille quelqu’un sans qu’il en ressente vraiment le besoin, on prend le risque que cette personne ne porte pas suffisamment ses aides auditives. Or leur usage régulier est déterminant pour une bonne appropriation du dispositif et un résultat optimal. »

LIRE LA SUITE

Poser les bonnes questions

Le bon choix des aides auditives et leur habituation dépendent également beaucoup des échanges avec le patient. Pour que celui-ci comprenne ce qu’il ressent au quotidien et s’implique dans le choix, l’audioprothésiste lui explique son audiogramme et évalue avec lui la perception physique, mais aussi psycho-sociale de ses difficultés d’audition. Au-delà de l’adéquation médicale du dispositif, il s’agit de trouver la solution qui conviendra le mieux compte tenu de l’environnement sonore de la personne – activité professionnelle, loisirs, vie familiale -, de sa capacité à manipuler les aides auditives, sa motivation…

Offrir un vrai choix en toute indépendance

« Aujourd’hui, les appareils auditifs permettent d’apporter des bénéfices à leurs usagers sans le moindre inconvénient, affirme Yannick Dumouchel, audioprothésiste à Marseille. Il est très rare que l’on n’arrive pas à satisfaire les besoins. Dans la majorité des cas, le type d’aide auditive, la marque et le modèle choisis en première intention conviennent car on a pris le temps d’interroger et d’écouter le patient, de répondre à ses questions. »

Tous indépendants, les audioprothésistes AUDITION CONSEIL travaillent avec tous les fabricants et sont ainsi en mesure de proposer la solution qui conviendra le mieux à chaque patient. À Dunkerque, David Désages explique que chaque marque a ses spécificités acoustiques et fonctionnelles : « On ne peut pas être certain qu’un appareil conviendra, d’où l’importance de pouvoir en proposer d’autres dans différentes marques. »

Bien accompagner le patient pendant le mois d’essai

Chez AUDITION CONSEIL, les patients disposent d’un mois pour essayer gratuitement et sans engagement avec l’aide de leur audioprothésiste, qui les revoit chaque semaine pour une adaptation optimale. « Ils peuvent ainsi se rendre compte progressivement de ce que leur apportent les aides auditives », souligne David Colin à Lyon.

« Il faut donner le temps au patient de bien essayer le dispositif choisi, en ajustant les réglages ou changeant les embouts, et si l’essai n’est pas concluant, chercher à nouveau la bonne solution », confirme Romain Decolin à Nancy. Un appareillage peut sembler le mieux adapté à une déficience auditive, être accepté par le patient pour cette raison, essayé et finalement rejeté pour d’autres motifs.

« Pour la santé auditive, le conseil commence par la communication sur la prévention des risques et la protection », souligne Romain Decolin à Nancy.

Les audioprothésistes AUDITION CONSEIL passent du temps à informer jeunes et moins jeunes sur le fonctionnement des oreilles et du système auditif, afin de les sensibiliser aux troubles de l’audition. Ils le font dans leurs centres, mais aussi dans les écoles, les maisons de retraite, les hôpitaux et autres lieux publics de leur région. Dans les médias également. Aux Antilles, par exemple, Emmanuelle Martin sensibilise en direct les auditeurs de l’émission RCI Ansanm ansanm ba sante nou à la santé auditive, une fois par mois.

Aux Antilles, Emmanuelle Martin explique à ses patients qu’avec l’âge, la plasticité cérébrale diminue et avec elle la compréhension de la parole, qui devient plus difficile encore dans un environnement bruyant. « Dans ce cas, le choix de l’audioprothèse doit tenir compte de leur sensibilité au bruit pour un usage dans un environnement familial ou social. Sinon, il leur sera difficile de bien suivre les conversations. »

Laissez-vous guider par des experts de l'audition

Suivre régulièrement chaque patient

« Bien accueilli, informé et appareillé, le patient ne sera pleinement satisfait qu’à l’usage, observe David Désages à Dunkerque. Alors il faut l’inciter à venir régulièrement faire nettoyer ses aides auditives, vérifier leur réglage, mais aussi contrôler l’audition avec et sans appareil. »

Ce suivi est essentiel pour un fonctionnement optimal. Chez AUDITION CONSEIL, il est recommandé tous les trimestres. « Les appareils peuvent perdre la moitié de leur efficacité en six mois, constate David Colin à Lyon. La cause principale est le cérumen qui bouche les écouteurs ».

Aux Antilles, Emmanuelle Martin met aussi ses patients en garde contre l’humidité. À Marseille, Yannick Dumouchel estime que la part la plus importante du conseil réside dans le suivi. « Certains patients veulent non seulement conserver les performances de leurs aides auditives, mais aussi les renforcer pour entendre encore mieux. Il faut savoir les écouter, leur expliquer ce qui est possible, et ainsi répondre au mieux à leurs attentes. Nous conseillons des appareils durables et évolutifs afin de pouvoir les adapter au fil du temps. »

D’autres patients peuvent être affectés par l’évolution de leur santé ou de leur vie familiale. « J’accompagne certains depuis plus de vingt ans et je suis attentive au maintien de leur autonomie, explique Emmanuelle Martin. Le problème du changement des piles ne se pose plus autant avec les appareils rechargeables, mais nous invitons nos patients à venir nous voir au moindre problème. Nous sommes toujours là pour les aider et les rassurer. »