Le Mag

20/05/2019

Un attrait universel et inné

Les tout-petits sont ouverts à tous les types de musique. Leur éveil musical puis la pratique régulière d’un instrument favorisent l’apprentissage du langage à l’oral comme à l’écrit. Ils sont aussi bons pour la mémoire à l’âge adulte.

Dès le septième mois de sa vie intra-utérine, l’être humain entend la musique tout autant que les mots de son entourage. Il développe ainsi une première mémoire musicale qui perdurera pendant plusieurs mois après sa naissance. Cette primo-acquisition in utero n’a toutefois aucun impact sur ses capacités natives. En effet, tous les êtres humains naissent avec le même sens du rythme et de la musique. Autrement dit, les bébés sont ouverts à tous les types de musique. Cette universalité « se perdrait avec le temps et se cristalliserait sur les genres musicaux produits par la société dans laquelle nous grandissons » 1.

La musique comme source d'apprentissage chez l'enfant
LIRE LA SUITE
On apprend à écouter de la musique comme on apprend à parler : en mémorisant et reproduisant spontanément ce que l’on entend. À cinq mois, un bébé est capable de reconnaître une mélodie, passés six mois d’imiter des sons. L’enfant commence à chanter vers dix-huit mois. L’éveil musical des tout-petits développe leur sociabilité mais aussi leurs capacités cognitives, en particulier pour l’apprentissage des langues. Certaines crèches proposent ainsi un jeu exploratoire, la Bulle Musicale, pour développer l’ouïe dès le plus jeune âge 2.

Une capacité auditive accrue

Plus tard, la pratique musicale dès l’enfance habitue le cerveau à traiter globalement les sons qui lui parviennent pour mieux les distinguer les uns des autres. Elle améliore aussi la perception des rythmes en stimulant les échanges entre les aires auditives et motrices du cerveau. Cette capacité auditive accrue facilite non seulement l’apprentissage oral des langues, mais aussi celui de l’écriture et de la lecture. Elle persiste ensuite à l’âge adulte, même si l’on ne joue plus de musique. Enfin, la pratique musicale entraîne la mémoire. Même pratiquée tardivement, elle a des effets positifs et réduit le risque de développer une maladie neurodégénérative.

1. Sylvia Bencivelli Pourquoi aime-t-on la musique ? Oreille, émotion, évolution.
2. www.capenfants.com