Le Mag

02/06/2016

Apprendre à réentendre les sons aigus

Apprendre à réentendre les sons aigus 3Audition Conseil reconnu pour la qualité de ses prestations et de son service est aussi une enseigne très engagée dans la recherche médicale. David Colin partage son activité entre son métier d’audioprothésiste D.E. et son travail doctoral de recherche au sein de l’Université.

Sa thèse de doctorat porte sur l’ « Étude de systèmes à compréssion fréquentielle chez le malentendant ». Elle vise à étudier les variations de performances auditives chez les patients portant des aides auditives équipées de systèmes de compression fréquentielle. Un travail de recherche très pointu qui intéresse de près les audioprothésistes et l’ensemble des professionnels de l’audition.

La grande majorité des malentendants présente une perte auditive plus importante sur les fréquences aigües que sur les fréquences graves.

Dans le cas d’une surdité liée à l’âge (type presbyacousie) ou dans le cas d’une surdité liée à l’exposition au bruit, ce sont les fréquences aigües qui sont touchées en premier.

Apprendre à réentendre les sons aigus 1

Figure 1
Comparaison de la fonction de tonie entre normo-entendants et malentendants. Les malentendants trouvent les sons aigus ou trop aigus pour des fréquences significativement plus basses que les normo-entendants.

Lorsque ces personnes entrent dans un laboratoire d’audioprothèse pour la première fois, elles sont habituées à percevoir leur environnement sonore sans aigus. Un peu comme si l’on écoutait toujours sa musique en baissant au maximum les aigus. Mais lors d’un premier appareillage auditif, l’environnement sonore qui leur est restitué, est souvent perçu dans un premier temps comme trop aigu. On remarque souvent que l’amplification doit se faire très progressivement surtout pour les sons aigus qui sont perçus de façon trop stridente.

Dans cette étude, nous avons voulu établir la fonction de tonie des sujets malentendants afin d’objectiver certaines différences qui pouvaient exister avec des normo-entendants.

Notre étude comporte 36 sujets normo-entendants et 72 malentendants dont 24 sujets ont été suivis 1 mois après leur premier appareillage. Afin d’établir la fonction de tonie des sujets testés, nous présentons de façon aléatoire des sons purs de fréquences comprises entre 250Hz et 8kHz par pas de 1/4 octave. Pour chaque stimulus, le patient évalue la tonie à l’aide d’une échelle de mesure catégorielle à 7 niveaux (de très grave à très aigu).

Les résultats montrent que les malentendants ont une perception significativement plus aigüe des stimuli que les normo-entendants (p<0,01 – figure 1). D’autre part, après un mois d’appareillage la fonction de tonie des malentendants se rapproche des valeurs des normo-entendants.

Les changements de perception avant et après appareillage sont significativement différents (p<0,01 – figure 2) en particulier sur les sons les plus aigus. Cette étude montre que les sons aigus, lorsqu’ils sont perçus, paraissent plus aigus pour les malentendants que pour les normo-entendants. Les patients appareillés sont souvent gênés par les aigus qui leur sont restitués par les aides auditives.

Ces résultats permettent d’objectiver le ressenti des patients et ainsi de mieux les accompagner dans leur réhabilitation auditive.

De plus, le retour vers des valeurs normatives de leur fonction de tonie dès le premier mois d’appareillage permet de confirmer l’idée d’une acclimatation aux aides auditives.

Apprendre à réentendre les sons aigus 2

Figure 2
Fonction de tonie de patients malentendants avant et après un mois d’appareillage. Les patients supportent mieux les sons aigus.