Le Mag

19/10/2018

Les animaux domestiques aussi souffrent du bruit

L’homme casse les oreilles de ses compagnons à poils, comme le montre une étude anglaise menée sur les chiens.

De son ancêtre le loup, le chien a gardé des pulsions prédatrices qui l’incitent parfois à courir derrière les chats, les oiseaux ou les voitures. Il a aussi conservé une ouïe très fine, celle qui permet de débusquer ses proies mais aussi de se protéger du danger environnant. De fait, le meilleur ami de l’homme capte des sons beaucoup plus faibles et beaucoup plus lointains que son maître. Ce qu’un humain ne perçoit plus à quatre mètres de distance, le chien l’entend encore à plus de vingt mètres ! Inutile de parler fort à son chien, il suffit de s’exprimer sur le bon ton. L’animal est très sensible aux intonations, comme le montre une étude réalisée par une école vétérinaire de Londres.

Nos animaux domestiques peuvent aussi souffrir du bruit

LIRE LA SUITE

Problèmes comportementaux

Selon les auteurs de cette étude, les perturbations sonores expliqueraient en grande partie les problèmes comportementaux des chiens. Et les sons les plus effrayants pour eux ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Certes, le bruit d’un feu d’artifice arrive en tête du palmarès, comme le savent nombre de propriétaires canins, mais d’aucuns ignorent que juste derrière, viennent les voix en colère des hommes. Si vous regardez avec un peu trop d’enthousiasme un match de football à la télévision, si vous commentez avec un peu trop de véhémence une décision de l’arbitre, vous pouvez effrayer votre chien ! De même, on sait que les coups de feu peuvent terroriser certains chiens, mais pense-t-on que le rugissement d’un aspirateur peut les stresser tout autant ?

Comment protéger la sensibilité auditive de nos compagnons à poils ? En détournant l’attention du chien ou en lui proposant un environnement sécurisant, sous un escalier ou dans une pièce sans fenêtres, où il pourra retrouver son calme. Attention à ne pas trop le câliner ou, au contraire, à le gronder trop fort : cela risquerait de le conforter dans l’idée qu’il est vraiment en danger ! Certains spécialistes du comportement canin suggèrent aussi d’habituer le chien en l’exposant à des enregistrements des bruits du quotidien – ou à la télévision qui reproduit nombre d’entre eux. Bien sûr, mieux vaut le tenir le plus possible à l’abri des bruits qui lui font peur.

Source : The Telegraph, d’après l’étude du Royal Veterinary College de Londres.