Le Mag

30/04/2020

Les records d’ouïe animale : haute fréquence chez la chauve-souris et la fausse teigne

Nos animaux domestiques ont une ouïe bien plus développée que la nôtre. Mais il existe dans la nature des animaux sauvages dont l’acuité auditive dépasse de loin la nôtre : la chauve-souris et la fausse teigne. Petite étude de ces animaux volants… vous n’en croirez pas vos oreilles !

La chauve-souris : des ondes sonores au service de la chasse

C’est le seul mammifère volant de la planète. Tout un imaginaire plus ou moins lugubre l’entoure, à cause de sa discrétion, de son mode de vie nocturne, et de la propension de certaines espèces à se nourrir du sang de ses proies. Mais d’un point de vue scientifique, on ne peut qu’admirer cet animal. La plupart des espèces de chauve-souris sont insectivores ; afin de détecter ses proies, le mammifère émet des ultrasons, que les objets lui renvoient. Ainsi, il peut se diriger dans le noir, et entendre tous les déplacements des insectes dans son périmètre. Oui, la chauve-souris peut entendre le pas d’un insecte ! C’est dire la sensibilité de son oreille, qui lui permet d’entendre des ultrasons de 212 000 Hz. Déjà au XVIIIe siècle, un scientifique s’était rendu compte de l’importance de cet organe pour son système de chasse. En effet, lors d’une expérience visant à boucher les oreilles d’une chauve-souris avec de la cire, il a pu observer que l’animal était incapable de se repérer et de localiser ses proies convenablement.

Jusqu’ici, on pensait que la chauve-souris remportait la palme des fréquences hautes. Pourtant, un animal au moins la surpasse : la fausse teigne.

Découvrez la formidable acuité auditive de la chauve-souris
LIRE LA SUITE

La fausse teigne : une acuité auditive inégalable

Papillon de nuit, la fausse teigne perçoit jusqu’à 300 000 Hz !  C’est bien supérieur à la chauve-souris… Peut-être le fruit d’une course à l’armement, les oreilles de cette mite mangeuse de cire semblent s’être adaptées au système d’écholocation de son prédateur, la chauve-souris, afin de lui échapper. Cette espèce de papillon de nuit fait déjà figure d’exception dans le monde animal, puisqu’elle est capable d’ingérer du plastique, ouvrant ainsi les portes d’une éventuelle solution de recyclage pour certains déchets. Mais en plus de cela, elle semble détenir le record absolu de captation de fréquence haute ; l’étude de ses tympans si particuliers pourrait ouvrir la voie à des avancées technologiques de taille, notamment dans la confection d’aides auditives. Même si l’homme n’est pas capable de percevoir des sons de cette fréquence (cela serait étrange d’entendre le pas de la fourmi dans le jardin du voisin), les personnes malentendantes et sourdes pourraient bénéficier d’une meilleure audition, grâce à la fausse teigne.