Le Mag

09/09/2020

Gare aux basses fréquences dans les concerts !

Passés 40 ans, la majorité des professionnels du son souffre d’une déficience auditive. Musiciens et techniciens sont exposés plusieurs heures à des volumes élevés : 98 à 105 décibels en moyenne pour les premiers sur scène, 95 à 100 pour les seconds en fond de salle1. Ceci explique cela car tous ne protègent pas leurs oreilles.

Les basses fréquences sources de dangers pour nos oreilles

Une réglementation difficile à appliquer

Une table ronde, organisée le 21 janvier au ministère de la Santé dans le cadre de la Semaine du Son, a souligné le risque auditif lié aux basses fréquences des musiques amplifiées. L’intensité de ces fréquences est limitée à 118 décibels sur 15 minutes (dBC), selon la réglementation en vigueur pour le spectacle vivant, mais leur mode de propagation les rend difficiles à mesurer précisément en tout point d’une salle. Les professionnels du son dénoncent un décret non applicable de ce fait, mais aussi pour des raisons techniques et financières liées aux bâtiments. D’après AGI-SON, la limitation à 102 décibels sur 15 minutes pour les fréquences médium et hautes ne posent pas de difficultés si elle n’est pas assortie de la limite à 118 dBC en tout lieu accessible au public.