Le Mag

17/12/2012

Dépistage auditif néonatal : suite et fin de la saga parlementaire

Bilan auditif néonatal

L’année 2012 aura été celle de l’épilogue longuement attendu d’une affaire qui aura mobilisé le débat parlementaire pendant plus de deux ans.

Un arrêté, publié par le gouvernement le 23 avril et paru au Journal Officiel le 4 mai, grave définitivement dans le marbre législatif le dépistage de la surdité chez les nouveau-nés. Cet arrêté du 23 avril pris dans l’urgence pour cause d’élections présidentielles a été publié après épuisement de tous les recours législatifs parlementaires.

LIRE LA SUITE
Dans son ultime mouture, l’arrêté prévoit la mise en place d’un test auditif précoce en deux temps : un examen de repérage proposé systématiquement en maternité, puis, lorsque l’examen de repérage n’a pas pu avoir lieu ou n’a pas permis d’apprécier les capacités auditives de l’enfant, un diagnostic avant trois mois. À charge pour les Agences Régionales de Santé (ARS) de le mettre en oeuvre. Il impose également d’informer les parents (ou le cas échéant, les détenteurs de l’autorité parentale) différents modes de communication existants pour les personnes malentendantes, notamment la langue des signes française (LSF).
Besoin de plus de renseignements sur le dépistage néonatal