Le Mag

16/03/2021

L’apprentissage de la langue des signes à la faculté

De plus en plus d’écoles, de collèges et de lycées permettent à leurs élèves de suivre une option de langue des signes, afin de les aider à communiquer avec des personnes malentendantes et ainsi mieux les intégrer dans les promotions scolaires. Certains centres de formation ont suivi le même modèle en proposant des cours aux familles et proches des personnes touchées, mais également aux entreprises pour leur fournir un outil de communication utile dédié au grand public et au personnel qui y travaille. Ainsi, certains offices de tourisme, points de vente et secteurs médicaux ont commencé à s’intéresser à cette langue de plus en plus pratiquée. C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles les universités ont décidé d’ajouter des cours dans leurs cursus scolaires : offrir un avantage professionnel à leurs étudiants et développer une pratique qui facilitera les malentendants à s’intégrer plus facilement dans la société.

Des cours d’initiation à la langue des signes française (LSF)

Une grande majorité de facultés proposent depuis plusieurs années des cours d’apprentissage à la LSF. Elles ont pour but de faire découvrir une langue qui n’est pas orale mais gestuelle, ce qui permet aux étudiants de prendre conscience des difficultés de communication des personnes malentendantes – d’autant plus avec le contexte sanitaire actuel. En effet, à cause du port du masque, de nombreuses personnes sourdes, qui avaient l’habitude de lire sur les lèvres de leurs interlocuteurs, ne peuvent plus le faire et se retrouvent totalement isolées et sans repère. La diffusion et l’enseignement de la LSF ont pour but de pallier ce problème, en apprenant aux nouvelles générations un outil de communication utile dans la vie courante et très apprécié en milieu professionnel. Ces enseignements ont notamment été intégrés au sein des cursus de sciences du langage, présents dans de plus en plus d’universités comme l’Université Lyon Lumière 2 ou l’université de Lille, qui ouvrent de nouvelles voies professionnelles dans des secteurs psycholinguistiques ou sociolinguistiques.

La langue des signes est une compétence de plus en plus plébiscitée par les jeunes

Des cours de langue des signes plus poussés qui créent de nouvelles vocations

Si la plupart des cours de la LSF ont pour intention de faire découvrir la langue et d’apprendre les bases, certains cursus et certaines facultés ont choisi d’en faire de véritables formations et de la considérer comme une langue à part entière qui permet aux élèves de la pratiquer couramment. C’est notamment le cas de formations proposées à l’université Jean Jaurès de Toulouse ou à l’université Bordeaux Montaigne, dont l’ambition est de former de futurs traducteurs, guides et professeurs de la LSF. Ces formations spécialisées sont de véritables secteurs d’avenir car les milieux professionnels nécessitent de plus en plus de spécialistes, notamment dans les domaines publics.

Ce qu’il faut retenir…

Les universités essaient de pallier le manque de professionnels spécialisés en LSF et proposent de plus en plus de cours d’initiation et de langue, afin de connaître les bases, mais également de pratiquer couramment ce langage nécessaire à de nombreux milieux professionnels (culture, médical, vente…). Dans le contexte sanitaire actuel, de plus en plus de centres de formations proposent des cours de langue des signes pour aider les proches des malentendants à les comprendre et à communiquer avec eux, malgré le masque qui les empêche de se faire comprendre. Il est d’autant plus important de développer une forme de soutien envers ces personnes souvent mal-intégrées et de les aider en apprenant à communiquer avec elles.