Le Mag

Quand la santé passe par les oreilles

Déclin cognitif et de la santé mentale, risques de chute et de mortalité accrus, difficultés au travail… Le déficit auditif non compensé a des effets sanitaires et sociaux aujourd’hui bien connus, et un impact économique élevé. Grâce aux aides auditives, ces conséquences pourraient être réduites. Explications.

Le déficit auditif impacte la qualité de vie globale. On le sait depuis longtemps mais on mesure mieux à quel point aujourd’hui.

appareiller-pour-moins dépenser

Considéré comme une question de santé publique majeure par les agences sanitaires internationales, ce handicap sensoriel a fait l’objet de nombreux articles scientifiques. Une revue des principales publications sur le sujet a été publiée en mars dernier1 en France. Chez les personnes âgées de plus de 50 ans, le déficit auditif est associé à des risques de mortalité, de chute, et de dégradation des capacités cognitives et de la santé mentale. Selon ce rapport, les travaux les plus récents2 montrent que la perte d’audition augmente le risque de mortalité de 20%. Elle accroît aussi le risque de chute en perturbant l’équilibre : à partir d’un déficit de 25 décibels, cette aggravation va de pair avec la gravité du trouble3. Le déclin cognitif est également accéléré, ainsi que le risque de maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées. Enfin, le déficit auditif fragilise psychologiquement, en particulier les actifs.

En France, 34% des personnes actives malentendantes sont concernées, et 10% ont pensé au suicide4. Ces pourcentages s’élèvent à 5,4 % et 1,4 % pour la population active générale. L’efficacité de l’appareillage dépend du suivi des patients L’utilisation régulière d’aides auditives permet de réduire tous ces effets et leurs conséquences économiques. Les personnes malentendantes ont, en effet, des dépenses de santé plus élevées que celles qui entendent normalement. Dans leur rapport, Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann estiment ainsi à 200 millions d’euros sur six ans l’économie qui pourrait être réalisée au titre des soins médicaux en France, grâce à l’appareillage. À cela s’ajoute le coût intangible de la perte d’audition, correspondant à la moindre qualité de vie. Les aides auditives permettraient actuellement de le réduire de 6,6 milliards d’euros. Leur utilisation optimale ferait encore économiser plus de 2 milliards d’euros. Enfin, les auteurs du rapport plaident pour « des incitations fortes au suivi des patients » car l’efficacité de l’appareillage en dépend, et par là-même son bon usage (l’observance), facteur-clé de réussite.

  1. Rapport de Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann sur l’impact économique du déficit auditif en France et dans les pays développés. (Mars 2016) 2. Gentler et al. (2015) 3. Lin et Ferruci (2012) 4. Sitbon et al (2015)

En restaurant l’audition, les aides auditives ont des effets bénéfiques sur la santé et la qualité de vie :

• Meilleures relations familiales et sociales
• Regain d’activité
• Plus de confiance en soi
• Meilleure estime de soi
• Moins de problèmes psychologiques
• Moins de difficultés fonctionnelles chez les personnes âgées
• Réduction de la dépression liée à la perte d’audition
• Ralentissement du déclin cognitif