menu fermer

Le Mag

Les agressions sonores sur le lieu de travail sont de plus en plus répandues

La surdité : une maladie professionnelle ?

Aujourd’hui, près de 3 millions de personnes sont quotidiennement soumises à des agressions sonores sur leur lieu de travail. Le bruit est l’une des causes de maladies professionnelles, mais il existe aujourd’hui des solutions pour protéger votre audition.

Quand y a-t-il danger pour l’audition ?

Plus l’intensité et la durée d’exposition au bruit est importante, plus le risque de surdité augmente. La surdité installée est un phénomène irréversible, et peut avoir des conséquences sur la santé (fatigue, stress, troubles de l’attention, etc.). Ces effets peuvent notamment être à l’origine d’accidents.

Le sens de l’ouïe est considéré en danger à partir de 80 décibels durant une journée de travail de 8h. Le bruit peut provoquer des bourdonnements, des sifflements ainsi qu’une baisse de l’audition.
Aussi, il convient de s’exposer au bruit le moins longtemps possible dès lors que l’on atteint ce seuil.

Nous pouvons considérer que toute exposition, même de courte durée, est dangereuse pour l’audition lorsque le bruit est supérieur à 140 décibels. Le seuil de douleur étant estimé à 120 décibels.

surdit professionnelle
LIRE LA SUITE

Comment prévenir la surdité « professionnelle »?

Les personnes soumises à une exposition sonore égale ou supérieure à 85 dB dans le cadre de leur travail doivent subir un examen médical. Elles doivent ensuite être déclarées aptes par la médecine du travail, et seront ensuite surveillées à l’aide de l’audiométrie.

L’employeur est tenu par le Code du travail de prévoir une surveillance si le niveau de pression acoustique de crête dépasse 135 dB, il doit également fournir des protections anti-bruit à ses salariés et installer une signalisation pour indiquer un niveau sonore élevé.

Il peut aussi mettre en place une série de mesures visant à réduire le bruit à sa source (isolation des machines bruyantes, entretien régulier des machines, etc.). La surdité, lorsqu’elle est avérée, peut-être reconnue comme maladie professionnelle selon des critères médicaux et administratifs.