Le Mag

La diffusion de musique amplifiée encore plus encadrée

La réglementation en vigueur est renforcée et étendue à tous les lieux clos et en plein air. Reste à savoir comment l’appliquer.

Le 5 décembre 2018, un colloque réunira à Rennes les professionnels du spectacle, du divertissement, des loisirs, de l’événementiel et autres diffuseurs de musique amplifiée en salle ou en plein air. Il s’agira pour eux de comprendre la nouvelle réglementation applicable en vertu du décret du 7 août 2017 1, qui vise à renforcer la prévention des risques auditifs encourus par le public. Et de réfléchir à son application dont les détails doivent encore être précisés par un arrêté. « Ces nouvelles dispositions suscitent de nombreuses interrogations », constate en effet le Centre d’information sur le bruit (Cidb), co-organisateur de l’événement. La réglementation en vigueur est étendue aux manifestations en plein air, comme les festivals, et à toutes les salles diffusant de la musique amplifiée à un niveau équivalent à plus de 80 décibels en moyenne sur huit heures : cinémas, bars, salles de meeting…

LIRE LA SUITE
Elle fixe de nouvelles limitations du niveau sonore, comme l’a recommandé le Haut Conseil de la santé publique. Dans son avis, rendu le 26 juin 2018, le Conseil national du Bruit souligne les avancées du décret tant pour la protection de l’audition du public que pour la préservation de la tranquillité et de la santé des riverains. Il « identifie néanmoins des difficultés techniques potentiellement importantes de mise en oeuvre » et livre ses propositions pour la rédaction de l’arrêté d’application du décret, entré en vigueur le 1er octobre 2018.

La diffusion de musique amplifiée sera désormais davantage encadrée et réglementée

Les nouvelles limites sonores

  • 102 décibels sur 15 minutes et 118 décibels pour les basses fréquences
  • Enfants jusqu’à 6 ans révolus : 94 décibels sur 15 minutes et 104 décibels pour les basses fréquences

1. Décret n° 2017-1244 du 7 août 2017.