Le Mag

26/03/2020

Les audioprothèses, gain de jouvence pour le cerveau

On en saura bientôt un peu plus sur la question grâce à des travaux de recherche sur la compensation de la perte auditive par des audioprothèses et ses effets sur le vieillissement cognitif.

Vos aides auditives vous permettent de mieux entendre et comprendre ce que l’on vous dit en toutes circonstances, mais quel effort cérébral faites-vous pour cela ? Restaurer l’audition ne suffit pas toujours à retrouver une bonne capacité d’écoute et de compréhension de la parole. À déficit et traitement auditifs égaux, la récupération n’est pas la même pour tout le monde et certains continuent à éprouver des difficultés. Allez savoir pourquoi !

Une étude menée à Lyon

C’est précisément ce que l’équipe Perception Attention Mémoire (PAM) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL) veut découvrir avec Mathieu Ferschneider, audioprothésiste AUDITION CONSEIL, dans le cadre de sa thèse de doctorat. Dirigée par le docteur Annie Moulin, cette étude mettra aussi à contribution plusieurs autres audioprothésistes de la région lyonnaise. L’objectif des travaux est d’évaluer dans quelle mesure la compensation de la perte auditive par des audioprothèses a des effets sur le vieillissement cognitif et par là-même, sur la capacité auditive…
Aides auditives cure de jouvence
LIRE LA SUITE
Les tests se feront avec des patients appareillés de 50 ans et plus. L’équipe de recherche utilisera des tests cognitifs internationaux de référence, préalablement traduits et adaptés à la langue et la culture françaises, et de nouvelles mesures spécifiques au traitement audioprothétique.

L’effort d’écoute avec des aides auditives sera évalué en enregistrant la dilatation de la pupille du patient avec une caméra. Cette technique, la pupillométrie, permettra de mesurer les variations du niveau de concentration du patient tout au long des tests auditifs.

De nouveaux outils

« Ce travail d’étude fournira des informations utiles à tous les professionnels de la santé auditive grâce à ses nouveaux outils d’investigation et son apport de connaissances, notamment sur les paramètres de réglage de l’aide auditive pour plus d’efficacité, souligne Mathieu Ferschneider. Il s’agit d’un enjeu de santé publique car le vieillissement de la population et les pratiques à risques des plus jeunes rendront l’appareillage auditif nécessaire à de plus en plus de gens. »